Escale Tibétaine

tibet_3411

གངས་རིན་པོ་ཆེ་

Vous connaissez le massage Tibétain ? Pas moi ! J’ai expérimenté pas mal de techniques de massages venus d’Asie (Chinois, Thaï, Ayurvédique, Taoïste…) mais celui-ci m’était encore étranger (j’avais juste lu quelques papiers et entendu le témoignage de consoeurs conquises…). Rendez-vous pris au Spa du Mont Kalash à Paris (situé derrière la Bourse) pour rencontrer l’équipe et tester un massage traditionnel. Situé au fond d’une cour tranquille, l’accueil du spa nous plonge immédiatement dans une atmosphère de calme et de sérénité. L’endroit est chic et agréable, ponctué d’objets, de jolies fresques narratives et d’une dominante verte (la couleur du Tibet et symbole de vie m’a t-on expliqué).

tibet_3429

tibet_3427

C’est Tseten Wangmo, la fondatrice des lieux (il existe deux adresses à Paris) qui m’accueille atour d’un thé. Née dans une famille de médecins, son grand père lui a transmis très jeune les techniques de massage thérapeutique. Diplômée de la faculté de médecine de Lhassa, elle doit pourtant quitter son pays sous pressions, s’installe à Paris et prodigue son savoir-faire auprès de nombreux patients. Elle crée le Mont Kalash en 2006 afin de faire découvrir l’art ancestral du bien-être Tibétain.

tibet_3412

« Nos massages sont pratiqués comme des soins thérapeutiques de prévention afin d’éliminer le stress, la fatigue, les tensions nerveuses et retrouver enfin l’énergie. Nous intervenons principalement sur les organes, les points d’acupuncture et la circulation sanguine » explique t-elle. Ce type de massage ne peut être prodigué que par une   main experte dotée de connaissances approfondie en anatomie car il cible des points très précis. Il intervient aussi sur les troubles de l’humeur, les différents états émotionnels ou la rétention d’eau. 

Tseten me propose le « Hor-Me », un massage traditionnel pratiqué avec des petits pochons chauds de plantes médicinales (gingembre, clou de girofle…) qui stimulent les points d’acupuncture et détendent muscles et méridiens. Ca tombe bien: j’ai les trapèzes en pelotes et des tensions plein le dos.

tibet_3405

Tseten me confie aux mains expertes de Peldon, diplômée en massage thérapeutique (il y a aussi Tashi la chamane et Wangdu, formé par un maître Tibétain). Toutes les cabines sont ornées d’un symbole et d’un mandala. Ce sont les seuls décors car les cabines sont monacales. Un dénuement qui démontre qu’ici on va à l’essentiel du massage thérapeutique. Pas de formulaire de questionnement: les thérapeutes parlent peu le français mais savent à quel corps et type d’énergie ils ont à faire.

tibet_3404 (1)

tibet_3403

C’est parti pour 90 minutes de massage sur fond de musique mantra plutôt agréable. Peldon commence doucement par la tête (kif) puis descend la où ça se corse: nuque, épaules, trapèzes… Je sais que je vais jongler mais je suis habituée aux massages musclés (enfin je croyais). Elle appuie avec une précision chirurgicale sur les points de tension. J’ai maaaaaal… ! J’ai l’impression qu’elle utilise un petit bâton de pierre tant c’est fort et précis. Elle rit quand je lui pose la question et me dit « non non !  » en montrant ses pouces endurcis. C’est à ce moment précis que je réalise à quel point l’heure qui va suivre va sembler une des plus longue de ma vie… Point par point, Peldon détricote méticuleusement le dos avec les pouces, réactive des méridiens endormis, appuie sur les points douloureux en alternant avec une petite compresse d’huile aux plantes (très) chaude qu’elle presse longuement.(photo ci dessous: l’avant et l’après du pochon aux plantes…).

tibet_3419

Je mords l’oreiller mais je sens que cela me fait un bien fou. On sent que les muscles, les émotions et les pensées se dénouent. D’ailleurs on est tellement dans une sensation de douleur (exquise) que l’on ne pense à rien d’autre. On est dans le moment présent à 100%. Idéal pour s’exercer à la pleine conscience ! Je vous passe les détails de la séance qui a certains moments m’ont fait pousser des petits arghh et ouille exutoires « je-ne-peux-pas-m’en-empecher-il-faut-que-ça-sorte ». Peldon avait l’air aussi satisfaite que si elle avait fait craquer un os. J’en ai conclue que la thérapie passe aussi par ce côté « détox » du cri.

Tseten m’avait prévenue qu’à l’issue d’un massage Tibétain, le plus dur est de rentrer chez soi. C’est vrai.

Je suis ressortie de la cabine dans le même état que lorsqu’on touche terre après une journée en mer. Délassée, destressée, et sans cette douloureuse sensation d’un dos plein de noeuds. Je m’assois dans le petit salon pour prendre un thé et grignoter quelques fruits secs. Peldon me décrit le mandala coloré sur le mur, avec le symbole de la médecine Tibétaine au centre de la roue de la vie.

tibet_3420

Je suis arrivée chez moi en n’ayant qu’une hâte: dormir. Et c’est ce qui s’est passé: à 21h je dormais à poings fermés. Le lendemain le corps est encore un peu ramollit (mais zen), je me sentais en super forme et bien plus « alignée » comme on dit en yoga.

Alors oui, c’est un moment qui n’est pas forcément agréable et qui représente un petit budget (135 euros pour 1h30 mais je signale, outre les bienfaits et l’impression d’avoir voyagé en Himalaya, l’excellent rapport qualité/prix), pourtant je suis prête à signer pour un massage comme ça régulièrement, tant il intervient à la fois sur le bien-être physique et mental et ce de façon durable.

A découvrir aussi: le « Lungsang » qui soulage les tensions, le « Norling », un palpé-roulé Tibétain qui lutte contre la rétention d’eau et enfin « l’art traditionnel du Tibet », une technique d’acupression traditionnelle à conseiller en cas de stress, nervosité et burn-in émotionnel.

Sur rendez-vous. De 75 à 135 euros. 16, rue Saint Marc Paris 2ème (01 42 360 330) et 19, rue Pierre Leroux Paris 7ème (01 53 86 94 73). Réservations en ligne sur www.montkailash-bien-etre.fr

tibet_3430



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 − = 47