Coiffée aux embruns

cecileP.S: Ceci est un post-scriptum au post précédent. Comme je vous le disais, le sel a définitivement flingué mon lissage Brésilien. Du coup j’ai pu profiter et vérifier les bienfaits de l’eau de mer sur les cheveux. Le top a été quand j’ai pris une vague de plein fouet alors que je marchais sur le trottoir. Effet aussi frais et revigorant qu’une ice-bucket en live. Le temps de rentrer à l’hôtel me changer, mes cheveux avaient séchés affichant une super texture bien souple et des boucles définies. Je me suis souvenu qu’avant de sortir me faire sauvagement splasher, j’avais hydraté mes cheveux avec une noisette de Baume D’Amour du Couvent des Minimes (j’en ai déjà parlé ici). A la base c’est une pommade réparatrice pour peau sèche, mais sur mes cheveux (longueurs et pointes rêches) c’est un baume nourrissant qui évite l’aspect botte de foin après le shampoing…

sos_amour

Bref, l’addition baume + l’eau salée = souplesse et définition sans effet desséchant. C’est l’équation parfaite pour mes cheveux. Rentrée à Paris, j’ai foncé mon Surf Spray de Bumble et sur la Maui Wowie de Philip B (merci Claire !), les pionnières best-seller, bien salées avec une petite pointe d’huile Monoï style Hawaï. J’ai aussi essayé l’Australian Salt Spray de David Mallett. Le coiffeur Australien-Parisien a ciselé sa brume salée comme une vague de la Gold Coast. Ebourriffante et sexy. Je vaporise a fond sur cheveux humides après l’application du baume. Et je re-vaporise sur cheveux secs quelques heures plus tard. J’en met des tonnes sinon l’effet reste très léger. En fait, j’adorerai un grand splash d’eau salée qui s’appliquerait comme un vinaigre de rinçage…

surspray



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 2 = 4