Funk thérapie

cecile

Photo Stephane Israel

funk

I Love funk. Mon groove, ma thérapie, et probablement un des secrets de ma forme. Je fuis les salles de sport*, mais j’aime me bouger et me dépenser. Et ça commence dès le réveil. Pas une de mes journées sans un démarrage funky. Le genre de musique qui te met debout, t’incite à déhancher avec souplesse, te donne irrésistiblement le sourire et t’énergise d’ondes positives. ça vaut bien des salutations au soleil, d’ailleurs les deux ne sont pas totalement incompatibles et il m’arrive de partir sur un « yoga-funk » en rythme avec une respiration bien synchronisée. Ou comment perdre 2000 calories (j’exagère à peine) avant le petit dej’. Je vous conseille d’essayer !

Avec les années, j’ai collectés des petits bijoux funk-groove-soul-breakdance. Bien sûr il y a les grands classiques: Prince 4 ever (l’increvable « Just As Long As We’re Together » et toute sa sainte période 78-80) Chaka Khan, Kool & The Gang, Chic, Shalamar, Earth, Wind & Fire, The Jackson 5 (évidemment « Can’t You Feel It« )… Et des pépites beaucoup moins connues, du moins par le nom (Candi Staton, Patrice Rushen, Cheryl Lynn… et tant d’autres). La funk que j’aime est vintage, avec un son bien « fat » des années 70 à 80. Mais why not un bon vieux Alliance Ethnik (gros tube 1995) u plus récemment un « Get Lucky » avec le guitariste culte Niles Rogers.

Si on est en panne de noms ou d’inspirations, on se branche sur les mythiques émissions Soul Train, où le non moins mythique Don Cornélius recevait les idoles. Principe: faire un « soul train ». Chaque personne du public était invitée à traverser la haie d’honneur en faisant hurler chaque cellule de son corps. Certaines chorés valent 10 séances de fitness, cross-fit et contorsionismes…

Il y a quelques années, je me souviens de soirées Soul Train au Studio de l’Ermitage vers Ménilmontant avec des groupes live (je parle au passé car malheureusement les « vraies bonnes » soirées funk se font rares à Paris…). Ambiance de folie, bonne humeur générale et contagieuse… On se dépensait jusqu’à 2 heures du matin, on rentrait rincés, avec des courbatures pendant 48h, mais heureux. Le funk pour moi c’est ça: des basses qui te font vibrer les méridiens, un groove positif qui te parle d’amour, de partage, de fraternité. Te fais sourire. Qui te donne envie de  te bouger, célébrer la vie et te délivre une sacrée dose d’énergie même les jours où tout est gris.

*La zumba très peu pour moi. Je trouve le concept super mais danser sur des musiques que je n’aime pas -la seule fois où j’ai essayé c’était de la salsa mixée avec du Rihanna…- ben j’y arrive pas ! 

cecile2

Mes prescriptions good vibrations :

Celles-ci sont toujours dans mon Ipod.

Matin, midi et soir: Straight Ahead, Kool & The Gang

Pour prendre le métro: Never Too Much, Luther Vandross

Pour faire du jogging: For Your Precious Love, Jestofunk

Pour avoir confiance en soi : You’re a Star, Aquarian Dream

Pour destresser: Rapper’s Delight, The Sugarhill Gang

Pour bien démarrer le week end: Get Down Saturday Night Oliver Cheatam

Pour assurer en soirée: The Breaks, Kurtis Blow

En guise de réveil: Let It Go, Jazzanova Funkhaus Sessions

ENJOY ! xx



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 1 =