BeauTea in Sahara

PhotoFunia-8d03540_o

Sahara trip

Ces derniers jours, j’ai replongé dans les dunes lors d’un shooting pour le Madame Figaro. L’idée étant de mettre en scène des poudres de soleil dans un décor de lointains ailleurs, j’ai ressortit les deux litres de sable que j’avais ramené du Sahara l’an dernier. Un sable ocre brun, si fin qu’il possède la texture d’une poudre de soleil micronisée.

Souvenirs, souvenirs.. Il y a un an et des poussières (de sable) donc, j’étais en plein désert. Au cœur des dunes. Marchant dans les pas des bédouins au beau milieu de l’immensité du Grand Erg Oriental Saharien. J’ai gardé un souvenir ému de paysages sublimes et de merveilleuses rencontres humaines. Là-bas on nous appelle les « gens sans tête », pour la simple raison que nous ne voyons jamais notre visage habituellement reflété par des vitres ou des miroirs. Et, foi de journaliste beauté, je n’avais aucune glace sous la main (pas même un poudrier). La consigne étant de se charger au minima, il m’a fallu emmener l’essentiel : pas plus de 3 tubes cosmétiques. L’usage du gel douche, savon, shampoing étant inutile (l’eau étant un bien précieux, on fait des bains de sable). Mon choix s’était donc naturellement porté vers un soin solaire SPF50 « conditions extrêmes » (pas de bol, mon tube Polaar a explosé le premier jour, j’ai dû emprunter les solaires de mes compagnons de route), le baume SOS « Mayday Mayday » de la marque REN, véritable pansement « bio » sur les petits bobos (crevasses, gerçures, rougeurs etc). Et enfin le sérum Advanced Night Repair Estée Lauder. Un réparateur cellulaire qui diffuse acide hyaluronique et en agents « anti inflammatoires » la nuit. Vu les conditions, je peux vous assurer que c’était un luxe qui n’était pas du luxe ! Entre les fossés de température (0° la nuit, 35 le jour), les morsures du sable et des UV, ce sérum a sauvé ma peau de la « cuirification ». L’aventure à quand même ses limites (épidermiques).

IMG_6093

PS : Le Sahara inspire également l’univers de la beauté. Je pense au nouveau parfum signé Tom Ford « Sahara Noir », un oriental spicy qui sent le sable chaud, l’ambre, la résine et l’encens. A l’huile capillaire protectrice Orofluido « testée au Sahara » qui protège de la sécheresse. Au gommage au Sable du Désert Les Sens de Marrakech, une poignée de sable ultra fin qui baigne dans une huile de fleur d’oranger ou de jasmin (j’adore cette marque au look « trésors des souks » qui propose des soins pour le corps parfumés et des savons noirs divins et variés). Et à la Palette Saharienne YSL, une harmonie de couleurs « coucher de soleil sur sable brûlant », décorée pour l’été 2013 d’une frise en moucharabieh.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

81 − 80 =